Aller au contenu principal

Une fenêtre sur l’Arctique: Sexe, ressources alimentaires et domaine vital du faucon pèlerin

Dimanche 16 septembre 2018. 10h. Hôtel Tadoussac (salle Marie-Clarisse). Durée : 1h -Gratuit!

Par Mathieu Tétreault

Résumé : Les oiseaux qui se reproduisent en Arctique durant l’été n’ont qu’une mince fenêtre de temps et d’abondance des ressources pour amener une couvée à terme. Dès lors, chaque prise de décision engendre des conséquences directes et indirectes sur le succès reproducteur. Le faucon pèlerin est un prédateur aviaire qui doit effectuer de constant aller-retour au nid pour approvisionner les oisillons dépendants des parents. Les déplacements effectués par le faucon adulte pour la chasse doivent donc être optimaux. Pour ce faire, il devrait tenter d’utiliser le plus petit domaine vital (l’aire utilisée par les activités de chasse et de reproduction) lui permettant de combler ses besoins et ceux de sa nichée.

En utilisant des appareils GPS-satellite posés sur des faucons adultes, Mathieu Tétreault tente de comprendre comment la densité de proie du milieu et la demande croissante des jeunes au nid influencent les déplacements du faucon pèlerin en Arctique. Le conférencier présentera une synthèse des principaux résultats en mettant l’accent sur les hauts et les bas du travail de terrain en Arctique.

 

 

Biographie : Ce n’est que très tard que Mathieu Tétreault s’est intéressé aux oiseaux. Très jeune, il était passionné de dinosaures; « je voulais les découvrir, les comprendre, les étudier ». Il s’est vite rendu compte que d’étudier les dinosaures se résumait à frotter des roches au Nevada à coups de brosse à dents. Rêve bafoué, il a donc décidé de se tourner vers le vivant en étudiant la biologie à l’Université de Sherbrooke. C’est en observant un harle couronné en parade nuptiale durant son parcours universitaire que le déclic s’est fait. Comme si on lui donnait des lunettes lui permettant de voir le monde différemment.

Depuis, la diversité du monde aviaire ne cesse de l’émerveiller. Un stage au Nunavut pour un suivi de reproduction de faucon pèlerin à l’été 2014 lui a donné la piqure de l’Arctique et des oiseaux de proies. Il a alors compris l’importance d’agir pour préserver ces écosystèmes fragiles et les espèces qui y habitent. Il s’est ensuite inscrit à la maitrise en gestion de la faune à l’Université du Québec à Rimouski afin de contribuer à l’acquisition de connaissances nécessaires pour agir. Avec la même fougue qu’un enfant de 6 ans fan de Jurassic Park, il étudie maintenant les oiseaux pour mieux les comprendre.

 

%d bloggers like this: